Nouvel OAD pour une consommation d’eau « au plus près »

18-02-2014
Irrigation irstea

Le nouveau logiciel Pilote développé au centre Irstea de Montpellier permet d’estimer les rendements futurs des récoltes en fonction des conditions climatiques et d’irrigation

Restrictions des volumes d’eau prélevés, réduction des autorisations de prélèvements, prix agricoles volatiles… Les conditions d’irrigation en France sont de plus en plus contraignantes pour les agriculteurs. Plus que jamais, les exploitants ayant recours à l’irrigation doivent donc remettre en question leurs pratiques.

 

 

 

Pour se faire, différents leviers existent : cela peut par exemple passer par un recours à des techniques culturales qui limitent l’évaporation :

  • paillage,
  • labour minimal,
  • désherbage, etc.

Mais c’est aussi possible en optimisant les apports en eau, grâce au recours de techniques d’irrigation plus efficaces, de plus en plus disponibles. « Les nouvelles technologies d’irrigation, par leur plus grande précision, représentent un moyen efficace pour réduire la consommation d’eau dans l’agriculture, en améliorer la productivité pour, in fine, produire autant ou plus avec moins d’eau », indique l’Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) sur son site internet.

C’est dans cet état d’esprit que l’institut de recherche vient de développer un nouveau logiciel, baptisé « Pilote », qui permet de simuler les effets des restrictions d’eau sur les rendements des cultures de l’exploitation. Plus précisément, l’outil tout juste mis au point, se compose d’un module « sol », qui modélise les transferts d’eau dans le sol, et d’un module « plante », qui simule l’évolution de l’indice foliaire, indicateur du rendement final. Associés à des données climatiques (pluie, température, rayonnement, etc.), les résultats des 2 modules fournissent une estimation du rendement prévisionnel, pour une culture et des caractéristiques de sols données, mais surtout une estimation de la consommation en eau nécessaire pour atteindre le rendement visé. « Avec peu de paramètres requis, le logiciel peut être utilisé par l’exploitant pour établir un calendrier d’irrigation, indiquent les chercheurs. C’est un véritable outil d’accompagnement ».

L’Irstea, qui souhaite désormais passer du stade de la recherche à celui du développement industriel, cherche actuellement des entreprises intéressées pour un transfert du nouveau logiciel.

JC

2 thoughts on “Nouvel OAD pour une consommation d’eau « au plus près »

  1. L’irstea planche sur de nouvelles approches en gestion de l’irrigation. Avec les quotas et l’augmentation du coût de l’énergie et les impacts environnementaux, il faut revoir les pratiques. Microirrigation, travail du sol, stockage de l’eau, culture moins gourmande, etc autant de pistes intéressantes à exploiter en parallèle

  2. Merci. Y-a-t-il un sujet que vous aimeriez développer ? ça nous intéresse !!!!