Culturales – Nos ateliers

07-06-2017

Vie des sols : les micro-organismes : des milliards d’ouvriers microscopiques qui Observation vie du sol Lallemandtravaillent pour les agriculteurs

 

Ateliers en continu sur le stand de Lallemand Plant Care :

  • Observation au microscope de spore du bacillus IT 45 = micro-organisme bénéfique en agriculture – Atelier Microbiologie.
  • Venez découvrir nos Rhizotrons ! Le système racinaire est fascinant à observer ! Observation du système racinaire à 1, 2 et 3 semaines traité et non traité avec des bactéries utilisées en agriculture. Comment le partenariat entre les racines et les micro-organismes du sol impacte le développement des cultures.
  • Applications au champ avec des expérimentations sur les culturesDans la bonne humeur : un retour aux fondamentaux de l’agronomie pour l’agriculture !

Lire la suite

Le soufre, ne l’oublions pas !

23-04-2017

Lessivage du SoufreLe soufre, comme l’azote est un élément qui a des effets positifs sur le rendement des cultures. Comme l’azote, presque tout le soufre contenu dans le sol est contenu dans la matière organique du sol sous des formes non assimilables par les plantes et doit être oxydé sous forme de sulfate, par les microorganismes du sol (bactéries oxydatives du soufre comme les thiobacilles). Mais comme l’azote, le soufre sous sa forme assimilable (sulfate) est très sensible au lessivageLire la suite

Limites maximales de résidus : définitions pour mieux comprendre

19-03-2017

LMR agricultureQu’est ce qu’un pesticide ?

Les pesticides, étymologiquement « tueurs de fléaux », sont des produits le plus souvent obtenus par synthèse chimique. Il s’agit d’un terme générique qui rassemble les insecticides, fongicides, herbicides et parasiticides qui s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, à ce qui est communément nommé «  mauvaises herbes » ainsi qu’aux vers parasites. Lire la suite

Apport de matière organique – Vous posez-vous les bonnes questions ?

12-03-2017

Matière organique en agriculture« Lhumus reste encore aujourdhui une notion méconnue des agriculteurs,

qui implique de fausses interprétations et de mauvaises décisions techniques», constate Olivier Cor, ingénieur agronome chez Lallemand Plant Care. L’interprétation du taux d’humus – et du rapport C/N- par une simple analyse de terre tous les 3-4 ans, à un instant « t », en est un exemple : « Il ny a pas un bon ou un mauvais taux dhumus, justifie

Lire la suite