Stress des plantes : des solutions 1/2

30-05-2012

oïdium sur céréales

Une plante a beaucoup d’ennemis et ça la stresse ! Heureusement elle a des systèmes de résistance pour lutter contre les agressions tellement redoutées en agriculture : gel, sécheresse, maladies, ravageurs… Il existe des moyens, comme les éliciteurs pour les aider à résister et ainsi limiter les traitements.

Le stress biotique : c’est quoi ?

Il y a tout d’abord le stress biotique : déclenché par des champignons, des insectes, des bactéries, des adventices. Nous parlerons du stress abiotique dans le prochain article.

Un peu d’histoire : dès 1961, Ross a montré qu’après inoculation d’une feuille de tomate avec une souche du virus de la mosaïque (TMV), il y avait une augmentation de la résistance des autres feuilles à ce virus ainsi qu’à d’autres pathogènes. Les plantes auraient-elles un système immunitaire ?

Par la suite, les progrès de la biologie cellulaire et moléculaire ont permis de démontrer des acquisitions ou des inductions de résistance. Certes moins développés que le système immunitaire animal, les plantes ont bien des systèmes de résistances pour lutter contre les agressions.

Les plantes « reconnaissent » les micro-organismes grâce à des molécules « signal » inclues dans les parois de ces derniers. Certains micro-organismes sont bénéfiques et symbiotiques (mycorhizes, rhizobium,…). D’autres sont pathogènes et responsables de maladies (oïdium, mildiou, botrytis, fusarium, pythium, rhizoctonia ….). Lorsqu’un pathogène « attaque » une plante, cette dernière va déclencher une cascade de réactions de défense au sein de la cellule.

Comment répondent les plantes ?

– par le « suicide cellulaire » : sur le site de l’infection afin de bloquer le pathogène, la plante sacrifie des cellules.
–  par renforcement de la barrière mécanique par épaississement de la paroi de la cellule.
–  par la production de métabolites à activité anti-microbienne, en particulier les phytoalexines (Langcake et Pryce, 1976).
–  par la production d’enzymes qui dégradent la paroi des pathogènes comme la glucanase et la chitinase (Van Loon, 1997).

Il faut souligner que, souvent, la « réponse immunitaire » a une caractéristique systémique (dans toute la plante) et non plus localisée (comme le suicide cellulaire). Cette RSA (Réponse Systémique Acquise) a pour principe l’activation de gènes qui maintiendront la plante entière dans un état de résistance contre un large spectre de pathogènes

Eliciteurs : une solutions aux maladies ?

Des SDP (Stimulateurs des Défenses des Plantes) ou Eliciteurs peuvent « mimer » l’attaque d’un pathogène pour préparer la plante à une véritable arrivée de la maladie.

Un grand nombre d’agents peuvent provoquer une réaction chez la plante, sans toutefois provoquer la maladie. Il s’agit le plus souvent  d’extraits microbiens, d’extraits de plantes, de composés organiques, de minéraux et d’agents physiques.

Ils sont reconnus par les récepteurs membranaires de la plante, au même titre qu’un véritable pathogène, et la préparent à être plus résistante aux maladies par la suite.

Un éliciteur (ou SDP) est un produit visant à déclencher le système de défense de la plante suffisamment tôt pour éviter le développement de la maladie. Ils ne peuvent donc avoir qu’une efficacité préventive. Quand le pathogène est installé il est alors difficile de le déloger. Des actions directes peuvent être nécessaires (insecticides, fongicides…).

Les éliciteurs (ou SDP) sont des éléments à prendre en compte si l’on veut aller vers une agriculture raisonnée. Ils permettent parfois de limiter les passages, les traitements. Mais ils restent complémentaires de stratégies de lutte conventionnelle.Stimulation Défenses des Plantes

La suite avec le stress abiotique dans un prochain post !

JMS

Pour publier un commentaire : inscrivez votre pseudo ou vos initiales (publiées) et votre email  (non publié)

2 réflexions au sujet de « Stress des plantes : des solutions 1/2 »

  1. Avant toute chose bravo pour cette présentation, à la fois éclairantes et posées. Sans critiquer, certains passages auraient supporté plus de précisions, en particulier vers la fin du billet. Simplement un moyen de dire que je suis pressé de découvrir le prochain billet